blogue

post image

Comment reconnaître les clients problématiques en tant que pigiste

<h2>Le monde est rempli de mauvais clients.</h2> <p>En tant que travailleur autonome dans la jungle professionnel, reconnaître des clients problématiques est une question de survie. Dans le meilleur des mondes,&nbsp;votre radar serait assez puissant pour les identifier avant même d’avoir travaillé pour eux une seule minute.</p> <p>Avec votre pouvoir légal et vos moyens financiers limités, vous êtes au bas de la chaîne alimentaire professionnelle. Il est donc impératif de savoir identifier les clients abusifs dès que possible.</p> <p>Après avoir récolté les histoires d’horreur de plusieurs&nbsp;travailleurs autonomes, nous avons bâti une liste complète des signaux d’alarme qui, espérons-le, vous aiderons à développer votre 6e sens</p> <p>Vos clients feront évidemment des erreurs. Ils ne sont pas tous habitués à gérer des travailleurs autonomes. Alors utilisez votre jugement avant d’être trop radical dans vos décisions. Les bonnes discussions sont souvent très efficaces.</p> <p>Voilà, nous espérons que cette liste vous évitera quelques cicatrices au final.</p> <h2>Avant le début du projet&nbsp;(le meilleur moment)</h2> <p>Les signaux suivants sont visibles très tôt dans le processus. En les gardant en tête, vous devriez être capable de filtrer les mauvais clients avant d’investir une seule minute de travail.</p> <h3>Ils ne s’informent pas de votre prix</h3> <p>Votre salaire ne devrait pas être un tabou. Si votre client vous donne du travail avant de savoir comment vous coûtez, c’est probablement que rien n’a été ajouté à son budget, si budget il y a. Une analyse du retour sur investissement est assez difficile sans d’abord connaître le coût initial. Ils auront l’air surpris en recevant votre facture et essaieront de négocier une fois le travail effectué.</p> <h3>Le mandat est très vague</h3> <blockquote><p>“J’aimerais bâtir un site web pour vendre des affaires, un peu comme XYZ”</p></blockquote> <p>Le client n’a pas fait ses devoirs et la pression sera sur vos épaules. Il a une idée très vague de ce qu’il veut, souvent basée sur des comparaisons avec d’autres entreprises.</p> <p>Ça va être assez complexe de comprendre ce qu’il a en tête. Le plan risque de changer souvent en cours de route et de manière imprévisible. Évidemment, il ne voudra pas payer pour les changements et vous blâmera au final de ne pas avoir fait ce qu’il voulait dès le début.</p> <h3>Le client semble désorganisé avant le début du mandat</h3> <p>Si vous n’êtes pas capable de recevoir des réponses claires dans un délai raisonnable avant le début du mandat, imaginez comment ce sera dans un contexte plus stressant avec des objectifs considérables.</p> <p>Ce sera d’autant plus complexe si plusieurs personnes sont impliquées dans le processus. L’information se perdra inévitablement entre les échanges. Vous finirez sûrement&nbsp;par travailler sur quelque chose dont le client n’a même plus besoin.</p> <h3>On essaie de réduire votre prix drastiquement</h3> <blockquote><p>“Mon neveu pourrait le faire pour le quart du prix.”</p></blockquote> <p>Vous êtes une petite entreprise, respectez vos limites. Même s’il est acceptable de réduire son prix dans certaines conditions claires, il n’y a aucun avantage à accepter un montant ridiculement bas. Vous serez frustré de travailler sur ce projet, votre patience sera fragile et la qualité globale du produit risque de s’en ressentir.</p> <p>Restez loin de ces clients. Ils ne respectent pas votre travail.</p> <h3>Ils parlent de visibilité</h3> <p>Éloignez-vous, en courant.</p> <h3>Ils demandent des gratuités.</h3> <p>La seule chose que vous devriez donner gratuitement est votre portfolio. Ce devrait être suffisant pour comprendre la qualité de votre travail et confirmer l’envie de travailler avec vous.</p> <p>Ne laissez pas un client mettre toute la pression sur vos épaules en ne payant pas tant que le projet n’est pas parfait selon eux. Ils chercheront toujours à ne pas payer si possible et vous remplacerons à la première occasion d’économie.</p> <h3>“Ils ont travaillé avec beaucoup de pigistes avant de vous trouver.”</h3> <p>Vous pouvez souvent traduire cela par : «&nbsp;les autres pigistes n’ont pas accepté mes conditions irréalistes&nbsp;».</p> <p>Rappelez-vous de l’adage : «&nbsp;la seule chose de toutes vos ruptures ont en commun, c’est vous&nbsp;». Si vous le pouvez, parlez à d’autres travailleurs qui connaissent le client, question de valider que votre intuition est bonne. À moins que vous soyez vraiment la perle rare, le problème est probablement du côté client.</p> <h3>Ils veulent commencer MAINTENANT (ou hier)</h3> <p>Pas de contrat, pas de vision, pas de ligne directrice, pas d’entente.</p> <p>Ce n’est pas de la simplicité, c’est de la mauvaise gestion. Quelque chose va arriver, comme plusieurs travailleurs autonomes pourront en témoigner (tristes mémoires, hen ?).</p> <p>Pensez toujours au pire et assurez-vous d’avoir réponse à toutes les questions importantes avant de commencer à travailler. Tentez toujours d’avoir une entente écrite (contrat ou email). Ça n’a pas une énorme valeur légale, mais c’est mieux que rien.</p> <p>&nbsp;</p> <h2>Durant le projet&nbsp;(on vous a leurré)</h2> <p>Certains clients sont des pros du camouflage et réussissent toujours à rendre les projets excitants à la base. Ils connaissent peut-être même les signaux d’alarme vus plus haut et tentent de vous convaincre qu’ils sont au-dessus de tout ça. Si vous finissez par identifier un signal, vous saurez que ce n’était que du camouflage.</p> <h3>Ils changent constamment les délais et les demandes</h3> <p>Si vous gérez plusieurs clients sur une base quotidienne, ça va vite devenir l’enfer. Soyez prêt à un horaire instable, des délais qui changent du jour au lendemain, pour finalement devoir livrer 4 heures avant de partir en vacances.</p> <h3>La structure d’approbation est complexe</h3> <p>Si le gestionnaire de projet doit faire approuver le travail par le producteur, qui doit le soumettre au directeur artistique, qui doit le soumettre au patron, qui doivent le soumettre à sa femme, soyez certains que les choses vont changer de manière imprévue.</p> <h3>Ils reviennent sur des termes approuvés depuis longtemps</h3> <p>Souvent de pair avec le signal précédent. Votre travail est passé à travers tout le processus d’approbation et tout le monde a validé. Pourtant, 3 mois plus tard, quelqu’un dans la chaîne change d’idée et vous devrez tout recommencer.</p> <h3>Ils refusent de payer au départ</h3> <p>Travailler ensemble, c’est aussi partager les risques. Recevoir un paiement initial (entre 15 et 50%) est un bon signe d’une relation d’affaire saine. Ça encourage tout le monde à être plus collaboratif, et vous n’aurez pas peur que le client annule le mandat soudainement.</p> <p>En général, ne travaillez pas trop sans être payé, facturez tôt et souvent.</p> <h3>Ils pensent que tout est simple à faire</h3> <blockquote><p>“Peux-tu adapter notre site pour mobile d’ici la démo de demain ?”</p></blockquote> <p>La complexité de votre travail doit être comprise, au moins en partie. C’est à vous d’éduquer le client sur l’implication réelle des changements. Les demandes irréalisables viennent souvent de clients qui n’ont que très peu d’expérience dans votre domaine.</p> <p>Les choses paraissent simples lorsqu’on ne comprend pas.</p> <h3>Ils pensent en savoir plus que vous</h3> <p>Les clients confiants qui n’ont aucune idée de ce qu’ils font sont une espèce très dangereuse. Leur intuition va parler plus fort que les années d’expérience. Ils sont imprévisibles et vont briser les conventions de votre profession à de nombreuses reprises. Ces clients vous engage pour votre expertise, mais ne l’a reconnaisse pas. Et, en passant, après des heures de gestion inutile, ils vont vous blâmer de les avoir écouté au départ.</p> <h3>Leur environnement de travail est très politique</h3> <p>Vous avez quitté le monde corporatif pour vous éloigner des politiques, non ? À moins d’être un psychologue pigiste, ce devrait être un signal d’alarme de voir un client se vider le coeur constamment sur les patrons ou ses collègues. Il y a une division au sein de leur équipe, et vous en subirez peut-être les conséquences plus tôt que tard.</p> <h2>Que faire ?</h2> <p>Voici quelques conseils pour vous aider à gérer ces clients.</p> <ul> <li>Parlez. Parfois ils ne sont pas au courant de votre frustration et une discussion rapide peut régler bien des problèmes.</li> <li>N’accumulez pas de frustration. Ça rendra toutes vos discussions futures plus tendues.</li> <li>Restez professionnel. Vous avez une réputation à préserver malgré tout.</li> <li>Soyez flexible. Les affaires ne sont pas toujours faciles et votre client en a sûrement beaucoup sur les épaules aussi.</li> <li>Soyez proactif : Suggérez des solutions.</li> </ul> <h3>Si rien ne fonctionne</h3> <p>Il n’est pas toujours plaisant de se débarrasser d’un client, mais parfois, c’est la solution.</p> <p>La perte de revenue n’est rien comparée au gain de qualité de vie. Un client qui ne vous respecte pas et abuse de votre temps vous fait regretter votre choix de carrière. Une des qualités du travail autonome est la liberté de choisir vos partenaires d’affaires. Ne tolérez pas n’importe quoi. Montrez la porte aux mauvais clients.</p> <p>Assurez-vous d’avoir été payé avant.</p>

I like building cool products and marketing them.

Philip Barclay CMO@Momenteo