blogue

post image

5 Questions à se poser avant de se lancer à son compte

<p><span style="font-weight: 400;">Ça fait longtemps que vous y songez et maintenant vous êtes prêt à faire le grand saut? Devenir travailleur autonome n’est pas une décision qu’on prend à la légère. Vous avez sans doute en tête les mots : liberté, horaires flexibles et télétravail…oui! Mais, il y a aussi tout un aspect financier à étudier avant de plonger! Très loin de nous l’idée de vous décourager, nous souhaitons tout simplement que vous partiez du bon pied dans cette belle et grande aventure!</span></p> <p>&nbsp;</p> <h3><b><b>Dois-je quitter mon emploi dès le départ?</b></b></h3> <p><span style="font-weight: 400;">Bien sûr, le meilleur scénario reste de s’investir à 100% dès les débuts dans sa nouvelle entreprise, car il y a beaucoup à faire. Vous devrez non seulement effectuer des contrats, mais aussi commencer la prospection et disposer d’un horaire flexible pour rencontrer vos clients. Peut-être que votre situation financière ne le permet toutefois pas. Dans ce cas, il serait sage de diminuer vos heures graduellement, car mener de front deux emplois n’est pas sans risque, surtout pour la qualité du travail remis et pour la disponibilité envers vos nouveaux clients. De plus, il importe d’être transparent avec votre employeur, surtout si vous visez la même clientèle que lui!</span></p> <h3><b><b><b>Ai-je un coussin financier?</b></b></b></h3> <p><span style="font-weight: 400;">Soyons réalistes, il peut se passer un laps de temps important avant d’encaisser le premier chèque, il est donc préférable de mettre de l’argent de côté afin de subvenir à vos dépenses. Placer au minimum trois mois de salaire en réserve, ou plus si vous le pouvez, peut grandement vous aider à diminuer vos craintes face à votre nouveau statut et vous permettre de fixer vos énergies sur votre travail. Avoir de l’épargne pourra aussi vous éviter d’accepter des mandats désagréables ou pour lesquels vous n’êtes pas qualifié par simple besoin alimentaire.</span></p> <h3>Suis-je capable de tenir un budget?</h3> <p><span style="font-weight: 400;">Il sera plus important que jamais de tenir un budget à jour. Alors que vos revenus pourront être très élevés un mois, il est possible qu’ils soient négligeables le mois suivant. Il est donc primordial d’avoir un portrait réaliste de vos dépenses régulières afin de gérer l’instabilité financière. Il ne faudra pas tomber dans le panneau et dépenser l’excédent, car il pourra être utile pour combler les manques le mois qui suit. Dans votre budget, vous devrez également prévoir des sous pour les cotisations, l’impôt et le remboursement des taxes.</span></p> <h3><b><b><b>Quelles seront mes dépenses de démarrage?</b></b></b></h3> <p><span style="font-weight: 400;">Les frais de démarrage varient énormément selon les domaines d’activité. De nombreux pigistes du secteur de la rédaction, de la traduction ou du graphisme disposent déjà du matériel de base : un bureau et un ordinateur! Toutefois, il faudra peut-être vous munir de logiciels ou d’équipements plus spécialisés. Pourrez-vous travailler de la maison ou aurez-vous besoin d’un bureau à l’extérieur? Dans ce cas, il faudra aussi tenir en compte les frais reliés à la location d’un espace de travail.</span></p> <h3><b>Quel sera mon tarif?</b></h3> <p><span style="font-weight: 400;">Voilà une question pointue! Évidemment, vous pourrez vous ajuster en cours de route, mais songez dès maintenant à vos tarifs pour effectuer une prévision de vos revenus. Avec le statut de travailleur autonome, votre tarif horaire augmentera certainement, mais attention aux pièges. Vos heures ne seront pas garanties. Vous ne ferez pas assurément 35 heures par semaines facturables. Outre le travail proprement dit, votre horaire comptera aussi du temps non rémunéré pour la prospection et le travail de bureau. Il faudra considérer ces éléments pour fixer un tarif réaliste par rapport à vos dépenses.</span></p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>Bonne réflexion et bon succès!</strong></p> <p>&nbsp;</p>

Marilyn Préfontaine